Rapport De Performance Mondiale 2018

Le Rapport de Performance Mondiale 2018 décrit et reflète les réalisations et réussites d’Action contre la Faim dans le monde en 2018.

En 2018, Action contre la Faim a apporté des changements positifs et durables dans la vie des personnes touchées par la faim. Pour assurer la sécurité nutritionnelle de tous, nous devons élargir notre portée. L’année dernière, Action contre la Faim a aidé plus de 21 millions de personnes, soit une augmentation d’environ 5% par rapport à 2017.

Action contre la Faim réduit la mortalité infantile. Notre plan stratégique international 2016-2020 nous engage à réduire de 20% le taux de mortalité des enfants de moins de cinq d’ici 2020 ans dans les dix pays les plus touchés. En 2018, six des huit districts échantillonnés avaient déjà atteint cet objectif. Action contre la Faim a contribué à réduire le taux de mortalité infantile de 20% à Borno et Yobo au Nigéria et à Bamako, Kayes, Kita et Tombouctou au Mali depuis 2016.

Nous consacrons une partie substantielle des ressources de notre réseau aux dix pays les plus touchés. En 2018, plus de deux personnes sur cinq ayant reçu l’aide Action contre la Faim vivent au Burkina Faso, au Tchad, dans la République Démocratique du Congo, au Mali, en Mauritanie, au Myanmar, au Niger, au Nigéria, au Pakistan et au Sud-Soudan.

Le nombre de personnes ayant bénéficié de l’aide des projets nutritionnels d’Action contre la Faim a augmenté d’un tiers entre 2017 et 2018. Ce chiffre comprend 718 918 entrées dans les programmes de gestion communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA). L’année dernière, 6 147 177 personnes ont bénéficié de notre travail en matière de nutrition, contre 4 505 161 en 2017. Nos programmes de santé ont aidé 2,5 millions de personnes supplémentaires en 2018.

Action contre la Faim se concentre de plus en plus sur des interventions monétaires en espèce plutôt que sur la distribution de nourriture. En 2018, la valeur des espèces distribuées a augmenté de 12,5% pour atteindre un total de 47 720 071 euros. En revanche, le tonnage de distributions de produits alimentaires a diminué de 80,6%, pour s’établir à 28 776 tonnes (en raison notamment de la réduction des dons en nature reçus par le bureau du Nigéria en 2018, qui avait augmenté auparavant en 2017).

Parallèlement, nos programmes d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) se sont étendus pour venir en aide à 8 909 932 personnes, soit une augmentation de 42%. Environ une personne sur trois (33,2%, soit 2 957 958 personnes des 8 909 932) bénéficiant de l’assistance WASH d’Action Contre la Faim vit en Syrie.

Notre travail s’attaque au fardeau de la malnutrition chronique et aiguë. Notre plan stratégique international 2016-2020 nous charge de réduire de 20% la malnutrition aiguë sévère (MAS) dans les pays les plus touchés. En 2018, cet objectif a été atteint dans six des onze districts échantillonnés. Les travaux d’Action contre la Faim ont contribué à une réduction de 20% de la MAS à Aweil Est (Sud-Soudan), Borno (Nigéria) et Bamako, Kayes, Kita et Tombouctou (Mali).

En 2018, Action contre la Faim a atteint son objectif de 60% de couverture des programmes de traitement de la MAS d’ici 2020. En 2018, quatre de nos six enquêtes ont indiqué que la couverture était supérieure à 50%. Il s’agit d’une amélioration par rapport aux estimations de couverture déclarées en 2017, au cours desquelles seules deux estimations sur sept dépassaient les 50%.

L’année dernière, nous avons répondu à 37 urgences. Le Fonds d’urgence d’Action contre la Faim Espagne et et l’Unité de préparation et de réaction d’urgence d’Action contre la Faim France ont été déployés à 16 reprises dans 11 pays: République Démocratique du Congo, Éthiopie, Guatemala, Inde, Irak, Jordanie, Philippines, Venezuela, Yémen et Zimbabwe. Près de 60% de nos interventions d’urgence ont eu lieu en Afrique, le nombre le plus élevé étant en Éthiopie et en République Démocratique du Congo. Pendant les urgences, Action contre la Faim travaille en partenariat avec des organisations locales. Notre partenariat avec Africa Ahead, par exemple, a répondu à l’épidémie de choléra au Zimbabwe en septembre 2018.

Action contre la Faim accorde une grande importance à la sécurité et à la protection de notre personnel. L’année dernière, il y a eu 286 incidents de sécurité, ce qui représente une légère augmentation par rapport à 2017, où il y en eut 284. En janvier 2018, une nouvelle série de principes et de normes de sécurité et de protection au niveau du réseau a été élaborée dans le cadre d’une nouvelle politique de sécurité et de gestion de la sécurité. Le nombre total de membres du personnel ayant suivi la formation fut de 1 694 en 2018, contre 449 en 2017. Au Nigéria, 362 personnes ont été formées à la sécurité l’année dernière (soit un nombre supérieur au total mondial de 2016).

 

Nos équipes logistiques ont géré une chaîne d’approvisionnement mondiale évaluée à 151,1 millions d’euros en 2018. L’outil de systèmes d’information «Link» continue à être développé et mis en œuvre dans les pays où il est implanté. Cette solution innovante de gestion de notre chaîne d’approvisionnement est utilisée par 1 200 agents de terrain répartis dans 32 bureaux de pays et bureaux régionaux. Environ 150 000 demandes d’achat, 20 000 commandes et 60 000 documents logistiques ont déjà été téléchargés sur « Link ». Nous travaillons également à partager cet outil avec MedAir et Humanity and Inclusion.

 

Action contre la Faim investit dans la recherche et l’innovation en matière de dénutrition. La valeur totale du portefeuille de recherche pluriannuelle en cours d’Action contre la Faim est de 12,9 millions d’euros. En 2018, nous avons mené 25 projets de recherche et 85% de nos recherches étaient liées à la nutrition. Un projet de recherche sur trois comporte une stratégie d’utilisation de la recherche. Ce rapport décrit le projet MALINEA (qui étudie la relation entre le traitement de la malnutrition aiguë modérée (MAM) et la santé intestinale) et les travaux d’Action contre la Faim sur le photo-diagnostic de la MAS. Nous progressons pour atteindre nos objectifs de revenu annuel.

Notre Plan Stratégique International 2016-2020 a pour objectif de générer un revenu annuel total de 500 millions d’euros d’ici 2020. En 2018, notre chiffre d’affaires global s’élevait à 424,5 millions d’euros. Ce chiffre a dépassé nos revenus des autres années et a dépassé le niveau de 2017 de 11,7 millions d’euros. Les États-Unis sont restés notre principal donateur bilatéral en 2018 et sont devenus, après les institutions de l’UE, notre deuxième donateur le plus important. L’année dernière, les revenus générés par le gouvernement des États-Unis se sont élevées à 79,1 millions d’euros. Cela représente une augmentation de 78% par rapport à 2017 et une augmentation de 34,5 millions d’euros.

Action contre la Faim a réussi à augmenter ses revenus de sources privées. En 2018, Action contre la faim a développé des activités de collecte de fonds dans dix pays, portant nos revenus provenant de sources privées à 82 millions d’euros, dont 90% ne sont soumis à aucune restriction. Action contre la Faim comptait un million de donateurs individuels. Plus de 4 500 entreprises, fondations, restaurants et écoles ont fait des dons, témoignant ainsi de leur confiance envers Action contre la Faim.

Nos activités de plaidoyer changent la manière dont la faim et la malnutrition sont perçues et traitées. Les priorités pour 2018 étaient axées sur trois domaines: les politiques visant à atténuer le risque de famine dans les pays touchés par un conflit; l’amélioration de la portée et de l’efficacité de l’action humanitaire; et l’intégration et la hiérarchisation des priorités de la nutrition dans les politiques des gouvernements nationaux et de l’aide internationale. Nos efforts de plaidoyer ont contribué à l’adoption de la résolution 2417 du Conseil de sécurité, qui reconnaît les liens entre conflit et faim et condamne l’utilisation de la faim en tant qu’arme de guerre.

Action contre la Faim accorde de l’importance au travail avec ses partenaires ; nous ne pouvons pas réaliser un monde sans faim par nous-mêmes. En 2018, nous avons continué à développer des partenariats afin de maximiser notre impact et de créer un mouvement mondial pour le changement. Environ la moitié de tous les bureaux de pays (49%) ont mis en place une stratégie de partenariats locaux au cours de cette année et 101 consortiums ont été signalés sur l’ensemble du réseau. 40% de nos partenariats sont avec des gouvernements locaux ou nationaux et 35% des partenariats construisent des capacités. Ce rapport fournit une étude de cas sur la manière dont Action contre la Faim a utilisé le Cadre de Mesure de la Performance par Localisation (LPMF) du Réseau de Réponse de l’Aide Habilitée (NEAR).

Ce ne sont là que quelques exemples du travail incroyable accompli par notre personnel et nos partenaires dans le monde entier cette dernière année. Nous espérons que vous prendrez plaisir à explorer le reste de nos réalisations dans ces domaines lors de la lecture de ce rapport.